La télé est bien regardée, la télé est un espace bien surveillé, rien n’échappe au regard, c’est-à-dire à sa surveillance, c’est le regard de la télé qui se regarde, la télé regarde à l’intérieur de nous et elle se voit, elle voit la télé qu’on la regarde depuis le tréfonds du nous, c’est un nous tout télé qui regarde dans les yeux télévisuels, pas de danger qu’on en loupe une miette, même si on n’a pas la télé on a toutes les chaînes, même si on n’a pas la télé on a les nerfs comme des câbles, car tout est consigné et le regard hors de la télé est confisqué, à la consigne, toutes les images de la télé défilent car les visages-télé et les paroles-télé sont repris en cœur dans le tréfonds du nous télévisuel. La télé résonne dans nos têtes, la télé est l’écho de nos pensées, nos pensées-télé, la télé fait parler toutes les machines, les téléphones, la télé fait parler internet, la télé a une belle écriture, la télé fait parler la parole, la télé fait avancer la vie, car la vie c’est la vietélé. Et c’est une vérité, car la télé est une réalité à vivre, vu qu’elle est dans le vrai. Le vrai télévisuel, c’est la véritélé qui fabrique du silence tout autour d’elle et tout le monde reprend en boucle le message véritélé dans sa bouche télé-réelle et son vivant zappé par la télé-réalité.