jésus tous les midis regarde la petite maison dans la prairie avec sa maman et son papa, après avoir mangé son papa est assis dans le fond de la pièce avec le chat et jésus écoute avec son casque un disque de rock près de la fenêtre qui donne sur le jardin et regarde en même temps la petite maison dans la prairie et souvent sa maman et lui se mettent à pleurer à la fin de l’épisode et puis c’est l’heure de repartir à l’école, la maman de jésus prend alors la renault cinq et conduit jésus à l’immaculée conception où jésus apprend à taper à la machine à écrire et faire de la sténo, car jésus est plutôt bon en français alors il avait dit au conseiller d’orientation qu’il écrivait des chansons et aimait la poésie du coup le conseiller d’orientation lui a conseillé de faire de la comptabilité, jésus fait donc un cap agent administratif et informatique, c’est les tout débuts de l’informatique il faut taper des boucles avec goto et run mais jésus préfére ne pas étudier ou alors juste la machine à écrire pour qu’il puisse taper des dix doigts ses chansons et poèmes, tous les midis jésus repart dans la renault cinq de sa maman qui le conduit sans parler jusqu’à son village natal, la maman de jésus semble conduire sans réfléchir parfois elle ouvre la bouche en grand et fait des gestes comme si elle avait engagé une conversation avec une personne devant elle et à la fin de sa discussion elle se trompe souvent de pédales c’est sans doute pour cela que la plupart du temps elle a le pied gauche enfoncé sur l’embrayage, ensuite ils arrivent à la maison tandis que le papa de jésus botte les asperges dans le jardin et le chat court entre les haricots puis la maman de jésus lui donne un seau et jésus doit cueillir les haricots et les écosser puis il monte un peu dans sa chambre il se regarde dans le miroir tout rond puis s’assied sur son lit et prend son cahier rouge et continue à écrire sa chanson cold wave qui commence par jeune homme inconscient c’est l’appel aux funérailles de tes glauques années sur ces horizons flous et pendant que tu vogues étranger sur les rails le couperet tombe sur ces étés si doux.