L’usage qui est fait de la poésie est nul.

L’usage de la poésie pour citer la philosophie

pour se poser la question si la poésie se fait sur une scène

la poésie propre et intelligente, encore si elle est savante, que la poésie soit savante

c’est normal, mais intelligente, cultivée, ça ce n’est pas normal

qu’elle soit savante de ce qu’elle fait, quand elle avance dans le noir

quand elle est comme un aminal

Un animal se sait, il cherche, il scrute, il devine sa proie

il ne cite pas la philosophie

pour lutter contre les signes

La poésie est comme un poisson dans un étrange bain

ça remue, ça ne dort pas, ça n’est pas propre

La poésie fait de la pseudo philosophie, c’est à se demander comment ça se fait

que les philosophes ont tant besoin de pseudo philosophes

Pour qu'on leur graisse la patte ?

La philosophie est tout aussi ignorante de la pensée

que ne l’est la poésie

mais elle est en plus ignorante de l’art bien souvent

elle ignore la poésie, tout au moins elle regarde de haut toutes les pratiques

et à un avis sur la question

sur la question de la peinture

comme sur la question de la poésie, sur la question littéraire

et sur l’art, le théâtre, elle sait tout

seulement, il y a des révolutionnaires du théâtre

qu’elle ignore superbement

et la poésie veut reprendre cette ignorance à son compte

John Giorno dit : il faut brûler pour briller

Il faut que la poésie arrête les citations

qu’elle soit un mur anti-citation, qu’elle avance et se cogne au réel

qu’elle en prenne un coup, qu’elle sorte des salons, des théâtres, des débats de poète à poète

il faut brûler loin de la philosophie de comptoir, même si ce comptoir est rutilant

c’est propre, ça s’élève, ça n’a pas de mauvaises fréquentations

et ça se dit poète.

 

Comment rendre le poète et sa poésie moins nulle?

Déjà en arrêtant de monter sur l'autre

sur tous les autres, et de se rabaisser ainsi

On se rabaisse en poésie en croyant que la poésie n’intéresse que quelques gens

quelques savants et autres cultivés

on se rabaisse en draguant la philosophie

La poésie est anti philosophie

elle pense, elle lutte, elle crie

elle hurle comme un mogol

elle tourne en rond, comme un débile

ou comme un humain

car les humains c’est débile

c’est une chose parmi d’autres, ce n’est pas savant

ce n’est pas scientifique un humain

c’est un outil pour la puissance

Les puissants veulent massacrer les débris

les peuples mongols

les malades

les pauvres dans les steppes et les tôles ondulés

les handicapés

les écrasés

les déportés

les femmes

Et les poètes

pendant ce temps-là

discutent philosophie.