Je ne suis plus moi. Ou bien je n'y suis plus. Ça me ressemble. De plus être moi c'est tout à fait lui. On n'en sort pas. On sort pas de soi. Que très rarement. Pour faire ses petits. On sort des morts de soi. Puis après on revient. On revient à soi comme on revient de rien. Et c’est là qu’ils disent qu’il est revenu à lui. On a cru le perdre. Ne le laissez jamais seul. Il ferait des bêtises. Déjà il a fait la bêtise de se trouver dedans. On ne sait même pas dans quels dedans il a traîné. Ce fut un dédale de dedans. Avec des détournements de droit à lui-même. Car il n’avait pas tous les crédits pour faire fonctionner le bazar. À moins que ça ne soit des clés. En tout cas il souffrait d’un manque d’autorisation. À qui fallait-il montrer patte blanche dans ce cas précis. C’est ce qu’on s’est tous demandé. Car à ce moment-là on a trouvé qu’ils abusaient. À ce moment précis quelqu’un a lancé C’est fort de café. Et puis il s’est tu. Personne n’a renchérit. Même celui qui se trouvait le plus sur la brêche. On attendait tous le responsable. Qui donc avait la responsabilité des clés. Qui doit éteindre toutes les loupiotes en partant. Il faudrait organiser une réunion pour faire le point. On ne sait pas qui est vraiment responsable là-dedans. Il va falloir faire tomber des têtes mais ça ne sera pas du tout une mince affaire. Il va falloir remonter les manches se dit-il. Ou c’est un autre qui a pris la parole. Peut-être sont-ils maintenant plusieurs à s’insurger. Il a suffit que quelqu’un fasse un bruit. Car c’est ça qui se passe en général. Quelqu’un fait à un moment donné du bruit. Et quelqu’un d’autre l’entend. C’est vraiment une particularité de chez nous ça. Partout où vous pouvez vous promener vous pourrez constater que le monde est bruyant. C’est sa richesse. Il faut que ça croasse ou que ça blablatte. Il y aura toujours quelqu’un pour répondre. Et répondre c’est pas forcément parler à l’autre ou lui siffler un certain air. C’est partir en se taisant aussi. Car il n’y a rien de pire que le taiseux dans tout ce monde de bruit. Ce monde de brute de bruit est le pire des mondes de taiseux également. Ça va de pair. Ils vont par deux les taiseux. Ils sont muets à l’unisson. même s’il y a le taiseux bruyant et le bruyant capable de se taire. Il y a le papotant et il y a le papotaire. Celui qui papote pour qu’au fond tout soit rendu au plus taiseux. Que toute parole soit mise en terre. Qu’on en finisse avec tous les faux bruits. Car au fond il a toujours été seul. Le reste du monde étant une sorte de gargouillement de lui-même. C’est ce qu’il se dit parfois. Pour ne pas tourner bourrique.